Je vous ai suffisamment parlé de la Main de Fatma, il est temps que je vous présente un autre des grands bijoux talismans de l’orient, qui est d’ailleurs, souvent associé à la Khamsa, et c’est l’oeil.

L’oeil est bon ou mauvais. Le mauvais oeil, c’est celui de la jalousie, qui atteint celui qui est heureux, ou prospère. Et pour contrer le mauvais oeil, il y a tout simplement « l’oeil ». Vous avez vu certaines représentations de la Khamsa avec un oeil au centre de la paume de la main. Mais je vais vous présenter des pièces de joaillerie faites par une créatrice française, Sylvie Corbelin, qui joue de façon très belle avec les thèmes des bijoux orientaux.

Voir et être vu, bague de Sylvie Corbelin

Voir et être vu par Sylvie Corbelin. Le cabochon vu d’en haut

Cette bague étrange et originale, faite d’une grosse aigue-marine sertie dans de l’argent noirci parsemé de petites goutelettes, montée sur or, avec des petits brillants, et deux grosses perles de diamants, cette bague « Voir et être vu » c’est un « oeil » , un « aiyn » à peine stylisé.

 

Maquillage oriental, via Flickr

Maquillage oriental, via Flickr

Je trouve d’ailleurs qu’il est aussi étrangement proche des excès des maquillages orientaux, où les femmes sont transformées en véritables bijoux, comme sur cette photo (où on reste encore raisonnable) !

Et on se pose la question : les deux diamants en forme de poire sont-ils des larmes, ou des ornements ?

La bague, portée

La bague portée

J’aime beaucoup la photo que Sylvie Corbelin a mis sur Twitter qui montre une main, ornée de cette imposante bague, tenant un livre à la couverture arabisante (les motifs me rappellent les fleurs qui parsèment les riches manuscrits). C’est sans doute un hasard, mais le fait de ne pas voir le pouce la rapproche encore plus d’une Khamsa !

La bague voir et être vu, une grosse aigue marine montée sur or, avec une émeraude et des diamants.

La bague voir et être vu, une grosse aigue marine montée sur or, avec une émeraude et des diamants.

C’est un bijou qui se porte sans rien d’autre, au centre de la main. Il doit être assez lourd, d’ailleurs, étant donné le poids de la monture, en or, qui détache largement l’oeil au dessus de la main, comme avide de voir.

L’oeil est un des sujets fétiches de Sylvie Corbelin, presque autant que le serpent. En plus de cette bague imposante, sa collection comprend encore trois bagues, des pièces uniques faites à partir d’agates « oeil de chat » et d’or, respectivement intitulées l’oeil de l’âme, l’oeil du coeur et l’oeil de l’esprit.

Ces trois pièces sont moins chatoyantes que notre « oeil » qui voit, mais leur forme est assez semblable, et elles dégagent une belle harmonie.

L'oeil de l'esprit - Sylvie Corbelin

L’oeil de l’esprit – Sylvie Corbelin

L'oeil du coeur- Sylvie Corbelin

L’oeil du coeur- Sylvie Corbelin

L'oeil de l'âme- Sylvie Corbelin

L’oeil de l’âme- Sylvie Corbelin

J’aime beaucoup cette façon de jouer sur les matières, les reliefs, les décorations pour faire trois pièces uniques et en même temps si semblables, comme des fausses triplées qui affirment leur personnalité à côté de l’indéniable air de famille.

Mais il nous reste encore deux yeux à découvrir.

L'oeil d'or

L’oeil d’or

L’oeil d’or a, en pendentif, la même structure que la bague voir et être vu, avec une forme d’oeil « de biche », entourée de petites brillants et de petits rubis, et une émeraude dont on ne sait si elle est une larme ou une touche de maquillage pour souligner la beauté.

La créatrice joue avec une matière qu’elle aime beaucoup et qu’elle a déjà utilisée par ailleurs : le quartz rutilé, qu’on appelle aussi « Cheveux de Vénus« . Le rutile est un métal de la famille du titane, normalement de couleur rouge sombre ou noire… sauf quand il a été enfermé dans du cristal. Il prend alors cette belle couleur dorée, qui semble être une trace de la monture, en or 24 carats.

Et celui qui est « fait pour nous », puisque sa créatrice l’a appelé regard d’orient.

Regard d'Orient

Regard d’Orient – Sylvie Corbelin

Le sertissage volontairement un peu « brut » des opales, la forme de l’oeil soulignée d’un épais trait de brillants, tout cela rappelle, justement, les bijoux berbères et leurs grosses pierres, les imposantes pièces d’argent ouvragé, et les dessins magiques faits au henné.

 

Related posts:

2 comments on “Les yeux magiques de Sylvie Corbelin

  1. Corbelin

    Chère Yasmina,

    Je découvre votre article à l’instant et vous remercie d’avoir su si bien lire mon Regard !
    Très sincèrement ,
    Sylvie Corbelin

  2. Rosa

    Me gustaría saber si puedo comprar el anillo del ojo y que lo enviéis a España.
    Gracias

Leave a reply

required